Porcellio dilatatus
le Porcellion dilaté

Porcellio dilatatus Brandt, 1833
P. scaber Milne Edwards, 1849; Latreille, 1804
P. granulatus Costa, 1882; Lamarck, 1818
P. spinicornis occidentalis Miller, 1936

Caractères de détermination
Habitats
Répartition géographique

Porcellio dilatatus, site web: Walking With Woodlice
photo du site web Walking With Woodlice

Caractères de détermination

    pour les termes techniques consulter la rubrique morphologie

  • flagelle des antennes avec deux sections distinctes
  • pléon continuant le péréon (pas de retrait)
  • surface du corps couvert de petites bosses
  • largueur du corps importante par rapport à la longeur
  • lobes latéraux de la tête proéminents
  • surface dorsale marron grisâtre avec deux bandes latérales de tâches claires
  • oeil composé d'environ 20 ocelles
  • uropodes en forme de lance et larges sur leur milieu, telson arrondi

  • Porcellio dilatatus, Photo site web: Walking With Woodlice
    photo du site web Walking With Woodlice
Porcellio dilatatus, Dessin HOPKIN 1991

Habitats

     Ces sites naturels sont les prairies calcaires mais la plupart des données (en Grande Bretagne) concernent des sites synanthropic (de syn=avec et thropic=du gr. thropos homme) : jardins, serres, habitations, et plus particulièrement les ruines.
(HARDING et SUTTON 1985)

     Dans le midi de la France, on rencontre P dilatatus parfois à l'air libre, dans les détritus ou sous les pierres. Cette espèce peut être qualifiée de troglophile, on la trouverait ainsi souvent à l'entrée de grottes ainsi que dans les cavités souterraines crées par l'homme (caves, catacombes, mines, ...).
(VANDEL 1962)

     Dans les grottes, P dilatatus a un comportement de fuite typique, il se cache la tête et seulement la tête dans les petites infractuositées des parois. En captivité, il s'enterre toujours quand on le pose sur une surface meuble, comme sur la photo ci-contre. (observations personnelles)

Porcellio dilatatus, Photo Claire MOUQUET et Angelo GROSS 2001

Répartition géographique

     Espèce très commune dans le midi et l'ouest de la France mais beaucoup plus rare dans le centre, l'est et le Nord de la France où elle devient exclusivement synanthrope.
    Espèce répandue par l'homme dans une grande partie de l'Europe, jusqu'en Russie et en Turquie à l'est et jusqu'en Islande au nord. Elle est commune dans les régions méditerranéennes occidentales, mais devient rare au-delà de l'italie. Elle a été importée par l'homme en Amérique du Nord et du Sud.
(VANDEL 1962)

Bibliographie

HARDING P. et SUTTON S. (1985) - Woodlice in britain and Ireland : Distribution and habitat. Institute of Terrestrial Ecology, Natural Environment Research Council.

VANDEL Albert (1962) - Isopodes terrestres (Deuxième partie). Faune de France 66. Office central de faunistique, Fédération française des Sociétés de Sciences naturelles. Lechevallier, Paris. 417 p.





Haut de page


Page classification Page d'introduction